Nigéria: l’armée doit faire respecter «la loi et l’ordre» alors que les manifestations s’intensifient contre les violences policières



L’armée nigériane a promis de «maintenir la loi et l’ordre» alors que les manifestations contre les brutalités policières se sont poursuivies jeudi pour la huitième journée consécutive.

Des foules brandissant des drapeaux se sont dirigées vers l’Assemblée nationale de la capitale, Abuja, alors que les gens se rassemblaient à nouveau pour bloquer la circulation sur les routes clés de la plus grande ville, Lagos.

Nigeria: manifestations contre les violences policières | TV5MONDE Afrique

L’armée a publié une déclaration alors que les manifestants descendaient dans la rue pour maintenir la pression dans une campagne qui a forcé le gouvernement à annoncer la dissolution d’une unité de police notoire, la Special Anti-Robbery Squad (SRAS). L’armée a mis en garde «tous les éléments subversifs et fauteurs de troubles» et a déclaré qu’elle «restait fermement résolue à défendre le pays et sa démocratie à tout prix».

Au Nigeria, le combat d'une jeunesse "sans leader" mais "unie" face aux violences  policières

Les manifestations ont attiré des milliers de manifestants, principalement de jeunes, dans les rues et en ligne dans le spectacle le plus concerté du pouvoir populaire depuis des années.


Le gouvernement a été contraint de faire de rares concessions par les manifestations et a promis une série de mesures pour tenter d’apaiser la colère populaire. Le chef de la police du pays a annoncé mardi que l’unité du SRAS était remplacée par une nouvelle équipe du SWAT, mais les manifestants n’ont pas tardé à le rejeter et à faire pression pour un changement plus radical.

En réponse, la police nigériane a insisté sur le fait qu’aucun membre de l’ancienne unité ne serait éligible à la nouvelle unité, promettant que ses officiers seraient «interdits de fouilles aveugles et illégales».

Malgré l’engagement de réforme, Amnesty a déclaré que la réaction violente des forces de l’ordre aux manifestations a sapé les promesses. «Les Nigérians sont sceptiques quant à la promesse des autorités de mettre fin aux atrocités policières, car les affirmations passées de réformer le SRAS se sont révélées vaines», a déclaré Osai Ojigho, directeur d’Amnesty International Nigéria.

«Le fait que la police continue d’utiliser une force excessive contre des manifestants pacifiques – entraînant des blessures et des morts à Lagos, Ughelli, Abuja et Ogbomosho – jette par la fenêtre des allégations de tout engagement à mettre fin aux violations des droits humains par la police nigériane», a-t-il déclaré.


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.