Le Racisme systémique qui fait souvent référence à une Discrimination systémique en faite c’est un problème systémique je m’explique


Le développement  de la discrimination systémique est assujetti dans l’organisation sociale, c’est-à-dire  l’assemblage des discernements systémiques de fonctionnement d’une société donnée.

Le racisme systémique c’est l’étymologie discriminatoire pléonastique renforcé par des inégalités de pouvoir et de statut qui sont encrés dans l’organisation sociale, bien que souvent faites par des zigotos, puisque des coefficients sociologiques tels que les préceptes sociales, la philosophie sociale, l’autorité, les privilèges vont influer . De plus je vous mentionne  que la cubage des individus à discriminer est absolument liée à leur philosophie, à leur position à leur autorité, à leur pouvoir et à leurs privilèges au sein des organisations.

Outil: Le racisme systémique… Parlons-en! - COCo

Ça veut dire qu’on ne peut pas ignorer les dynamiques de pouvoir entre, par exemple, un superviseur et son employé, entre un policier et un suspect et entre un professeur et son étudiant. En gros, on ne peut pas séparer la discrimination individuelle de son contexte organisationnel. Donc, quand la discrimination individuelle est récurrente au sein d’une organisation, ou lorsqu’elle est renforcée par des inégalités de pouvoir et de statut, cela devient plus qu’un problème individuel. C’est un problème systémique.

Le constat de départ est aisé. Les idées racistes rencontrent un succès grandissant auprès d’un public si varié qu’il devient de plus en plus difficile d’en faire la caricature, voire la sociologie puisqu’il concerne désormais tout le monde. Le fait discriminatoire informe de manière grandissante la vie sociale, surtout dans les relations de travail et jusque dans des fonctionnements institutionnels.

Certes, cette lecture peut toujours faire l’objet d’une discussion mais il serait utile d’en limiter l’ampleur tant l’évidence transparaît désormais dans des chiffres qui révèlent les difficultés d’accès à l’emploi pour des Canadiens enfants d’étrangers.

Une première remarque souligne donc l’inefficacité totale du rappel à la tenue morale des idées s’il est émis par ceux qui détiennent des positions sociales et culturelles dominantes en s’adressant à des plus affaiblis à qui ils demandent de cohabiter dans des quartiers relégués avec des populations étrangères ou issues de l’immigration.

Compte tenu du succès des pratiques discriminatoires, il y a lieu, deuxièmement, de souligner l’ampleur de la crispation nationale à l’égard des identités d’origine étrangère, c’est-à-dire reliées à une appartenance culturelle différente, soit par des représentations sociales et culturelles, soit par un travail idéologique de production du rejet de l’étranger.

Par exemple, s’il est aisé de révéler les pressions des résidents de logements sociaux sur leur bailleur pour qu’il repousse les dossiers venant des populations d’origine étrangère, il faut aussi souligner que cela se produit également sur le marché du travail…

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les atrocités du régime nazi commises au nom d’une suprématie raciale ont conduit à une prise de conscience critique à l’égard du concept de race et de ses abus.

La célébration d’une société organisée sur le mérite est néanmoins ternie par une réalité douloureuse : les aptitudes et le contenu du caractère sont fortement associés à l’origine sociale. Au Canada, les enfants des cadres supérieurs et professions  représentent près de la moitié des élèves de classes préparatoires aux grandes écoles ou écoles d’ingénieurs.

À l’autre bout du spectre scolaire, les enfants des catégories populaires représentent 84 % des élèves en grande difficulté, scolarisés dans les sections  d’enseignement général et professionnel  et destinés à des professions faiblement rémunérées. En fait, le Canada est, parmi les pays riches, celui où l’origine sociale influe le plus sur le niveau scolaire. Pourquoi les aptitudes et le contenu du caractère sont-ils liés à l’origine sociale …

Les discriminations sociales sont le fruit de processus historiques qui ont pour effet, par exemple, de rendre moins accessible à certains groupes l’accès aux soins et à la santé, à un logement décent ou à un emploi stable. Les discriminations systémiques sont donc constituées par ces processus qui maintiennent les positions sociales inégalitaires en fonction de stéréotypes et préjugés.

Toute idéologie ou système politique basés sur une hiérarchie entre les groupes humains est rejetée. Comme l’illustre le discours de Martin Luther King Jr., une société ne peut pas être juste si elle organise la domination arbitraire d’un groupe sur un autre.

Dans une société égalitaire, les individus doivent être jugés non par leur fortune, la couleur de leur peau ou son sexe mais pour ce qu’ils sont : leurs « aptitudes » ou le « contenu de leur caractère », en d’autres termes pour leur mérite individuel. Parlez en aux Femmes

Selon un rapport du Défenseur des droits , les jeunes hommes de 18 à 35 ans perçus comme noirs , autochtones ou arabes   déclarent être davantage tutoyés, insultés et brutalisés que l’ensemble de la population lors de leur dernier contrôle d’identité.

La fréquence des contrôles d’identité pour cette population serait ainsi 20 fois supérieure à la moyenne. Ces expériences s’associeraient à une perte de confiance envers les forces de police, mais ne mènerait à aucune action en justice : seulement 5 % des personnes déclarant ces manquements à la déontologie engagent des démarches juridiques, les considérant inutiles.

En effet, les démarches aboutissent rarement et les peines, quand elles sont prononcées, sont souvent légères. Sur un échantillon de 5 000 personnes interrogées au Québec 2017, 80 % des personnes correspondant au profil de « jeune perçu comme noir, autochtone ou arabe » déclarent avoir été contrôlées dans les cinq dernières années, contre 16 % pour le reste des enquêtés.

Alors l’État porte atteinte contre lui-même pour ce Racisme et cette Discrimination raciale systémique . En attribuant trop de pouvoir  à la prédominance et en les protégeant une fois les crimes et atrocités commises envers leur propres concitoyens. L’ironie c’est que ces même individus sont payer pour protéger et servir.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.