Écrasement d’avion mortel survenu en Iran


D’après la Presse Canadienne, les 63 victimes canadiennes sont majoritairement d’origine iranienne, et 27 seraient des résidents d’Edmonton. Un couple de professeurs de l’Université de l’Alberta et ses deux filles se trouvaient sur ce vol, ainsi que plusieurs autres membres de la communauté iranienne de cette ville, rapporte Radio-Canada.

– La majorité des victimes, soit 82, sont de nationalité iranienne. En plus de la soixantaine de Canadiens, l’appareil transportait 11 passagers de nationalité ukrainienne (dont neuf étaient des membres de l’équipage), dix passagers de nationalité suédoise, quatre de nationalité afghane, trois passagers de nationalité allemande et trois de nationalité britannique, selon le ministre des Affaires étrangères de l’Ukraine, Vadym Prystaïk. La plupart des passagers étaient en transit de Téhéran vers Kiev, la capitale ukrainienne.

– L’avion a pris feu peu avant de toucher le sol, vers 6 h 10 heure locale, à environ 45 km au nord-ouest de l’aéroport de Téhéran, dans la ville de Chahriar, a confirmé l’Ukraine International Airlines dans un communiqué.

– Après avoir évoqué un problème mécanique, les autorités ukrainiennes se sont ravisées et ont indiqué que les causes de l’écrasement étaient encore inconnues. « Je demande vraiment à tout le monde de s’abstenir de toute spéculation sur la catastrophe », a insisté le président ukrainien Volodymyr Zelensky dans un message publié sur Facebook.

– Plusieurs compagnies aériennes, dont Air Canada, ont annoncé qu’elles allaient modifier les trajectoires de leurs vols pour éviter de survoler l’Iran et d’autres régions du Moyen-Orient, selon Transport Canada.

Image result for ecrasement d'avion iran

 Téhéran a indiqué qu’il refusait de remettre aux Américains les boîtes noires qui enregistrent toutes les données d’un vol, retrouvées par les équipes de secours, selon l’aviation civile de la capitale iranienne. Selon les règles de l’Organisation civile internationale (OACI), la responsabilité de l’enquête incombe au pays où s’est produit l’accident. La convention de l’OACI indique que l’État où a été conçu et construit l’appareil (ici les États-Unis), l’État de l’exploitant (l’Ukraine) « ont chacun la faculté de désigner un représentant accrédité qui participera à l’enquête ». Le chef de l’Organisation iranienne de l’aviation civile, Ali Abedzadeh, a affirmé que « les Ukrainiens pourront participer » à l’enquête, mais refuse d’envoyer les boîtes noires aux États-Unis.

– L’appareil avait été mis en service en 2016 et avait été l’objet d’une opération de maintenance le 6 janvier, soit deux jours avant l’incident. Boeing a indiqué dans un tweet être « en contact » avec la compagnie ukrainienne et se dit « prêt à apporter son assistance de quelque façon que ce soit ».

Vidéo du crash du Boeing 737 ayant fait 176 morts (Isna).

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.