Sainte-Émélie-de-l’Énergie Un policier est blessé dans une intervention


L’intervention s’est déroulée sur la route 131, alors que la SQ a tenté d’intercepter un véhicule suspect, qui répondait à la description du véhicule utilisé lors de deux vols qualifiés survenus dans la région dans la nuit du 29 janvier, à Saint-Ambroise-de-Kildare et Saint-Liguori.

Une poursuite policière s’en est suivie. Les policiers ont tenté d’installer un tapis à clous pour intercepter le véhicule, mais le suspect en aurait décidé autrement et aurait foncé sur eux. Les policiers ont alors ouvert le feu.

Un homme a été arrêté et conduit au Centre hospitalier régional de Lanaudière (CHRDL), sous escorte policière, pour des blessures à la tête. Il aurait été blessé par balle.

Un policier a également été conduit au CHRDL pour des blessures à un pied. Il s’agirait de blessures mineures dans les deux cas.

De la drogue aurait été retrouvée dans le véhicule du suspect.

Une enquête indépendante sera menée, puisqu’un policier de la SQ a été impliqué.

On ne sait pas si d’autres suspects se trouvaient sur place.

Rappelons que trois personnes, deux hommes et une femme, sont activement recherchées par la SQ concernant deux vols à l’arme blanche commis la nuit dernière.

Une portion de la route 131 a été fermée à la circulation.

Laval : collision frontale entre un autobus et une voiture


Accident Laval

Selon les premières informations, la conductrice de l’automobile a emprunté la route 125, qui est séparée par un terre-plein, en sens inverse et est entrée en collision avec un autobus qui circulait sur le pont, d’après le sergent Gino Paré, porte-parole de la Sûreté du Québec (SQ).

L’accident, qui s’est produit vers 1 h 30, a forcé la fermeture du pont Pie-IX en direction nord pendant quelques heures dans le secteur. Il a finalement été rouvert peu après 7 h.

Lors de la collision, six personnes se trouvaient à l’intérieur de l’autobus. Elles ont été transportées par mesure préventive à l’hôpital, mais on ne craignait pas pour leur vie.

La conductrice de la voiture, âgée de 36 ans, a quant à elle subi de graves blessures et était dans un état critique.

Des enquêteurs de la SQ ont été dépêchés sur les lieux afin de déterminer la cause exacte de cet accident. «Une des hypothèses pourrait être l’alcool, a indiqué M. Paré. Il est par contre trop tôt pour tirer des conclusions.»

Jean Pascal aujourd’hui Champion de la société demain le Pion de celle ci


Jean Pascal garde le silence

Cette allégation tombe à un bien mauvais moment pour le boxeur, qui venait de remporter un important combat contre Lucian Bute et qui tentait de redorer son image, lui qui avait la réputation d’être arrogant. Pourtant, il n’a toujours pas fait de sortie pour se défendre.

«Aucune accusation ou mandat d’arrestation n’a été émis contre lui. J’ai parlé aux policiers et ils n’ont rien à lui reprocher», a simplement dit son avocat Loris Cavaliere au Journal dimanche soir. M. Cavaliere n’a pas répondu aux appels du Journal, hier.

En s’en remettant aux mains de son avocat, Jean Pascal n’aide pas sa cause, croit Bernard Dagenais, professeur au département d’information et de communication de l’Université Laval. «Sa stratégie de repli ne l’aide pas, a-t-il affirmé. Son silence laisse planer sa culpabilité.»

Le spécialiste de l’image croit qu’en agissant ainsi, Jean Pascal crée une incertitude et laisse les médias et le public avancer des hypothèses.

Un avis que ne partage pas Bernard Motulsky, professeur au département de communication sociale et publique de l’UQAM. «S’il parle, à mon avis, il se fait plus associer à cette histoire. En gardant le silence, il décide de ne pas nourrir l’intérêt envers cette présumée agression.»

« Témoin important »

La Régie de police Thérèse-De Blainville refuse toujours d’affirmer que Jean Pascal est un suspect dans cette affaire.

«Il s’agit d’un témoin important, comme toutes les autres personnes présentes chez lui, et c’est pour cette raison que nous voulons le rencontrer», a affirmé hier au Journal le porte-parole de la police, Jonathan Germain.

Relation non consentante

Une jeune femme de 25 ans a communiqué avec la police, tôt dimanche matin, pour signifier qu’elle avait subi une relation sexuelle non consentante, au domicile du champion, à Lorraine. Une dizaine de personnes étaient présentes chez le boxeur.

Samedi soir, Jean Pascal se serait rendu avec des amis au bar La Commission des liqueurs, à Boisbriand, où il aurait rencontré la victime alléguée. Elle aurait accepté de suivre Pascal et ses amis chez lui pour une petite fête. Elle aurait finalement quitté les lieux en taxi vers 4 h 20, et aurait communiqué avec la police une heure plus tard.

Selon nos informations, la plaignante aurait affirmé avoir été agressée par une seule personne, mais impossible de savoir pour l’instant si ces faits sont exacts, ni s’il s’agit du boxeur.

Jean Pascal, qui a quitté le pays dimanche matin pour aller assister à la cérémonie des Grammy Awards, devrait être de retour aujourd’hui. Selon l’agent Germain, le boxeur s’est dit prêt à collaborer avec les enquêteurs et s’est engagé à les rencontrer aujourd’hui. Mais il a ajouté qu’«il ne faut pas s’attendre à un dénouement hâtif dans cette enquête».

Tyler, 8 ans, héros de l’Amérique


Tyler, 8 ans, a sauvé des membres de sa famille.

Il est cinq heures du matin, lundi dernier, quand un spectaculaire incendie se déclare dans une caravane installée à Penfield, une ville située à 500 kilomètres à l’ouest de New York. Tyler, un jeune garçon de 8 ans, se rend compte du drame qui se joue et se précipite auprès de sa grand-mère, de son oncle et de ses cousins, dont deux âgés de 4 et 6 ans, qui dorment paisiblement. Il les réveille et parvient à les faire sortir de la caravane.

Une fois dehors, le jeune garçon décide de retourner dans la caravane en feu pour porter secours à son grand-père et à son oncle handicapé. “Il a entendu mon père crier à l’aide”, a expliqué sa mère au micro de NBC. “Il a couru à l’intérieur pour le sortir de là. Ma soeur a tenté de l’extirper de la caravane en l’attrapant par la fenêtre, mais il voulait à tout prix aider son grand-père.” Ce geste lui a coûté la vie. Les secours ont retrouvé le corps du jeune garçon près du lit de son oncle handicapé.

L’hommage des anonymes

Depuis lundi, les hommages affluent de toutes parts. Des milliers d’anonymes veulent rendre hommage au petit garçon. “Tyler, tu es un héros. Puisse ton acte de pur amour être une source d’inspiration pour les autres et puisse-t-il aider ta famille dans cette difficile période de deuil”, peut-on notamment lire sur Twitter. Mais également des messages de soutien à la famille. “Je suis une mère de trois enfants et je ne peux qu’imaginer la douleur. Cette histoire est une histoire de courage, d’empathie et de sacrifice. J’en parlerai à mes enfants âgés de 7 et 10 ans et nous prierons ensemble pour Tyler et sa famille”, témoigne une autre personne.

Une collecte de fonds en ligne a été lancée afin de financer les obsèques du jeune garçon et des deux membres de sa famille. Ce matin, le site YouCaring.com pour Tyler Doohan affirmait même que près de 56 000 dollars avaient déjà été collectés. Il reste huit jours de collecte.

Inde : une femme violée sur ordre d’un conseil de village


Photo d'illustration.

Une jeune femme de 20 ans a été victime d’un viol en réunion dans l’est de l’Inde sur ordre d’un conseil de village, en punition d’une relation amoureuse, a annoncé jeudi un responsable de la police. Treize hommes ont été arrêtés, selon la police, pour cette agression sexuelle survenue mardi soir dans un village du Bengale occidental après que la jeune femme de 20 ans eut été découverte avec un homme d’une autre communauté

Le conseil de village avait initialement imposé une amende de 25 000 roupies (300 euros) pour cette relation interdite mais les parents de la jeune femme ont dit être incapables de la payer. “La jeune fille a été victime d’un viol en réunion pour une relation amoureuse avec un jeune d’une autre communauté et pour n’avoir pu payer l’amende imposée par le conseil de village”, a dit à l’AFP le responsable policier du district, C. Sudhakar. “Treize hommes, dont le chef du conseil de village, ont été désignés dans la plainte, ils ont tous été arrêtés”, a-t-il ajouté.

Les conseils de village, composés des habitants les plus âgés, exercent une influence importante sur la vie sociale dans les régions rurales, en particulier dans le nord de l’Inde, imposant fréquemment des diktats pour de supposées fautes morales. Cette agression braque à nouveau les projecteurs sur les violences sexuelles subies par les femmes en Inde, un peu plus d’un an après le viol en réunion à New Delhi d’une étudiante, morte de ses blessures.

“Crimes d’honneur”

Le viol subi mardi par la jeune femme s’est déroulé dans le village de Subalpur, à 240 km à l’ouest de Kolkata (anciennement Calcutta), après que le couple eut été découvert lundi. “Le chef de village a convoqué une réunion en urgence mardi sur la place du village à laquelle la fille et son amant ont été convoqués”, a dit le policier. “La jeune fille et son amoureux ont été attachés à deux arbres différents et condamnés à une amende de 25 000 roupies chacun pour avoir eu une liaison”.

“Les parents de la jeune fille étaient aussi présents à cette réunion et ont dit être dans l’incapacité de payer, aussi le chef du conseil de village a ordonné en punition qu’elle soit violée par les habitants”, a-t-il ajouté. La jeune femme a été hospitalisée dans un hôpital du district de Birbhum et a pu identifier les 13 agresseurs, qui devraient comparaître devant un tribunal jeudi soir, selon la police.

En 2002, une femme au Pakistan avait été violée sur l’ordre d’un conseil de village pour laver un “crime d’honneur” attribué à un frère de 12 ans. Six hommes avaient été condamnés à mort pour son viol, dans une décision de justice qui avait fait grand bruit. Mais cinq ont été ensuite acquittés, et le principal accusé a vu sa condamnation commuée en prison à vie. En dépit d’un durcissement des lois et d’efforts pour modifier les comportements envers les femmes dans une société profondément patriarcale, le nombre de crimes sexuels continue d’augmenter en Inde.

Saint-Jérôme Poursuite sur l’autoroute: trois arrestations


poursuite policière

Trois personnes ont été appréhendées par le Service de police de Saint-Jérôme, responsable de l’intervention.

La Sûreté du Québec a participé à l’opération, qui a duré moins de dix minutes.

L’alcool ne serait pas en cause, mais selon les premières informations, des stupéfiants auraient été jetés par la fenêtre du véhicule, alors que les policiers pourchassaient le conducteur.

Les personnes arrêtées devaient être interrogées par les enquêteurs en matinée.

Tricia Boisvert Tricia Boisvert est retrouvée morte


Tricia Boisvert

L’information a été confirmée par deux sources policières.

Son corps aurait été découvert à Quyon, dans le secteur de Pontiac, à une quarantaine de kilomètres à l’ouest de Gatineau. La dépouille aurait été abandonnée dans un secteur boisé le long d’un chemin de terre.

Son corps pourrait avoir été placé dans un sac, a-t-on appris.

Les enquêteurs des crimes majeurs et les techniciens en identité judiciaire de la police de Montréal sont sur place.

«Les enquêteurs des crimes majeurs sont à un endroit bien précis et diverses analyses devront être faites au cours des prochaines heures», s’est borné à dire l’agent Danny Richer, porte-parole de la police de Montréal.

Jeudi après-midi, les forces policières étaient toujours à la recherche du principal suspect dans cette affaire. Il s’agit de Philippe Steele-Morin, 30 ans, déjà recherché par la police de Gatineau en vertu d’un mandat d’arrestation émis à la mi-juillet dans une affaire de violence conjugale et de vol de voiture.

La police croit que l’individu pourrait se cacher en Outaouais.

Tricia Boisvert a été vue pour la dernière fois à son domicile situé dans la Petite-Bourgogne, dans l’arrondissement du Sud-Ouest, à Montréal, vendredi soir.

La jeune femme avait quitté Ottawa il y a environ quatre ans pour venir s’installer à Montréal, mais sa vie sociale et ses amis étaient principalement dans la capitale canadienne.

Selon ses proches, Philippe Steele-Morin était l’un de ses bons amis. Mais l’homme est aujourd’hui soupçonné de l’avoir assassinée.

Toute personne qui détiendrait de l’information au sujet de Philippe Steele-Morin peut communiquer en toute confidentialité avec Info-Crime Montréal, au 514 393-1133.

Drame de L’Isle-Verte, déclaration du fils de la victime «J’ai tout fait pour la sauver»


Jean-Hughes Fraser

Jean-Hughes Fraser a tout fait pour sauver sa mère prisonnière des flammes au troisième étage de la Résidence du Havre.

En jaquette sur le balcon de son logement, Agéline Guichard a appelé son fils qui habite à quelques maisons de la résidence vers minuit trente. En moins de cinq minutes, M. Fraser s’est habillé, prenant au passage une échelle afin de sortir sa mère en panique du brasier.

Arrivé sur place, Jean-Hughes Fraser réalise toutefois que son échelle n’est pas assez longue pour atteindre le troisième étage. «J’ai réussi à monter avec l’échelle jusqu’au deuxième patio, je lui ai passé le manteau et les mitaines, puis je me suis agrippé et j’ai monté avec elle», raconte-t-il quelques minutes seulement après avoir quitté l’hôpital.

Protégeant sa mère de la fumée de plus en plus intense, M. Fraser criait aux gens plus bas de faire approcher le camion de pompier, mais sans succès. «Puis elle est tombé par terre», continue-t-il.

Se mettant la tête dans la neige sur le balcon pour arriver à respirer, il croyait que son heure était venue lorsque «l’instinct de survie a embarqué». Laissant sa mère derrière lui, Jean-Hughes Fraser s’est glissé de balcon en balcon jusqu’au sol.

Quelques instants plus tard, une échelle plus longue a pu être utilisée pour grimper jusqu’au balcon de sa mère, mais le toit s’est alors affaissé, emportant la vieille dame dans la mort. «J’ai tout fait pour la sauver», répète M. Fraser qui a été intoxiqué part la fumée.

Sa conjointe, à ses côtés, ne pouvait que lui répéter à quel point il a été brave. «C’est l’impuissance», lui dit-elle.

Justin Bieber arrêté : Tout sourire sur son mugshot, le bad boy avait fumé et bu


Le chanteur canadien Justin Bieber, arrêté par la police suite à un excès de vitesse, le vendredi 6 juillet 2012 à Los Angeles.Le mugshot de Justin Bieber, arrêté à Miami pour conduite en état d'ivresse le 23 janvier 2014.Le mugshot de Justin Bieber, arrêté à Miami pour conduite en état d’ivresse le 23 janvier 2014.

Un feu fait rage à L’Isle Verte


Incendie à L’Isle-Verte (© Crédit photo : Infodimanche.com/François Drouin)

Un incendie majeur qui a ravagé une résidence pour personnes âgées à L’Isle-Verte, près de Rivière-du-Loup, a fait au moins trois morts, confirme la Sûreté du Québec. Une trentaine de personnes manquent à l’appel.

La Résidence du Havre, sur la rue du Quai, comptait 52 unités d’habitation. Seize résidents ont d’abord été accueillis à l’école primaire Moisson-d’Arts, dans les premières heures après le drame, pour ensuite être redirigés vers des centres d’hébergement de la région. On ne connaît pas le sort des autres. Les résidents sont pour la plupart des personnes semi-autonomes.

Treize personnes ont été hospitalisées, notamment à Rivière-du-Loup, pour des chutes et des intoxications au monoxyde de carbone. Un patient été transporté à l’Hôtel-Dieu de Québec. D’autres ont été dirigés vers l’hôpital de Rimouski et l’hôpital de Trois-Pistoles. La SQ confirme de son côté le chiffre de trois blessés.

Les flammes ont été maîtrisées. L’incendie, qui s’est déclaré un peu après minuit, était d’une violence extrême, selon des témoins. Une bonne partie de la structure de trois étages a été détruite par les flammes. Une pharmacie, un CLSC et un salon de coiffure ont aussi été détruits par le brasier. Il ne reste que des cendres fumantes de la partie de l’édifice qui a pris feu. Une fumée couvre encore une partie du village.

Treize personnes ont été hospitalisées, notamment à Rivière-du-Loup, pour des chutes et des intoxications au monoxyde de carbone. Un patient été transporté à l’Hôtel-Dieu de Québec. D’autres ont été dirigés vers l’hôpital de Rimouski et l’hôpital de Trois-Pistoles. La SQ confirme de son côté le chiffre de trois blessés.

Les flammes ont été maîtrisées. L’incendie, qui s’est déclaré un peu après minuit, était d’une violence extrême, selon des témoins. Une bonne partie de la structure de trois étages a été détruite par les flammes. Une pharmacie, un CLSC et un salon de coiffure ont aussi été détruits par le brasier. Il ne reste que des cendres fumantes de la partie de l’édifice qui a pris feu. Une fumée couvre encore une partie du village.

Les pompiers de L’Isle-Verte étaient appuyés par leurs collègues de Cacouna, Trois-Pistoles, Saint-Paul, Saint-Éloi et Saint-Arsène. Une soixantaine de pompiers sont intervenus au plus fort de l’incendie. Un mur coupe-feu aurait permis de sauver une partie de la résidence en flammes. Le froid et le vent ont compliqué le travail des pompiers.

Nuit d’enfer

Une douzaine de maisons à proximité ont été évacuées. La plupart des résidents ont trouvé refuge chez des proches.

Yves Charron, le chef des pompiers de la municipalité, a parlé d’une « nuit d’enfer », en décrivant l’événement. Plusieurs témoins qui vivent à proximité du lieu de la tragédie ont dit avoir entendu des cris émanant de l’immeuble en flammes.

Les occupants de la résidence sont non seulement originaires de L’Isle-Verte, mais de différents villages environnants.

En plus de la Croix-Rouge, des psychologues et des travailleurs sociaux ont été dépêchés pour venir en aide aux sinistrés. La sécurité civile est aussi sur les lieux, et assure la coordination des différents services de crise. Le CSSS de Rivière-du-Loup fera le point vers 15 h sur les soins et les secours apportés aux victimes de l’incendie.

La Sûreté du Québec a invité les proches de toutes les personnes manquant à l’appel à se rendre à l’école Moisson-d’Art, où un centre d’urgence a été mis sur pied.

La Résidence du Havre, située tout près de la route 132, a été construite en 1997 et agrandie en 1999. Selon les renseignements fournis par les propriétaires au gouvernement, la charpente du bâtiment était entièrement faite en bois.

La résidence comptait 18 appartements pour personnes autonomes et 34 pour personnes semi-autonomes Deux employés, soit une auxiliaire familiale et une infirmière auxiliaire, étaient affectés au travail de nuit. Selon les registres du gouvernement, 37 personnes qui logeaient à la Résidence du Havre avaient plus de 80 ans.

La Résidence du Havre avait obtenu de l’Agence de santé et des services sociaux du Bas-Saint-Laurent le renouvellement de sa Certification de conformité en 2011. Obtenue une première fois en 2009, elle venait à échéance en juin 2014

Les plupart des résidents se déplaçaient en fauteuil roulant ou à l’aide de marchettes, selon la mairesse suppléante, Ginette Caron. Plusieurs nécessitaient des soins spécialisés, a-t-elle précisé en point de presse.

En entrevue à RDI, le député libéral de Rivière-du-Loup-Témiscouata, Jean D’Amour, a dit que cette résidence était reconnue pour la qualité de ses services. Selon lui, les gens de L’Isle-Verte connaissaient tous quelqu’un y habitant. Plusieurs citoyens interviewés s’entendent aussi pour dire que la résidence semblait très bien entretenue.

La première ministre Pauline Marois, en voyage à Davos, se dit profondément attristée pour les familles touchées par cet événement. Tout le nécessaire, dit-elle, sera mis en place pour offrir de l’aide aux sinistrés. Le ministre des Régions, Gaétan Lelièvre, qui s’est rendu sur place, a dit de son côté que « toutes nos pensées sont pour les victimes et les familles ».