Syrie : le dîner du G20 qui confirme les divisions internationales


La table du dîner des dirigeants du G20 à Saint-Pétersbourg, le 5 septembre.

Signe du froid entre Moscou et Washington, la rapide poignée de main entre les deux présidents, et la déclaration sèche de M. Poutine, qui a suggéré d’aborder le dossier syrien directement pendant le dîner de gala. Ce dernier, loin de dissiper la crispation qui domine ce sommet, n’a pu que “confirmer la division” sur la Syrie, a estimé, sur Twitter, le chef du gouvernement italien Enrico Letta.Poignée de main de Vladimir Poutine et Barack Obama au G20 de Saint-Pétersbourg, le 5 septembre.

L’ambassadrice américaine à l’ONU, haussant le ton, a estimé que la communauté internationale ne devait pas laisser le régime syrien “bafouer les normes internationales” en utilisant des armes chimiques parce que son “protecteur” russe bloque le Conseil de sécurité. La Russie “continue de prendre le Conseil de sécurité en otage” en empêchant toute décision sur la Syrie, s’est insurgée Samantha Power.

A la veille du G20, M. Poutine avait dénoncé les velléités d’intervention militaire occidentales, qualifiant “d’absurdité totale” les affirmations de Washington et de Paris selon lesquelles Bachar Al-Assad serait responsable de l’attaque chimique du 21 août, et traitant le secrétaire d’Etat américain, John Kerry, de “menteur”.

  • LES PREUVES DE LONDRES, LA PLAIDOIRIE DE BERLIN

Pour soutenir ses alliés américains et français, qui ont divulgué il y a quelques jours leurs propres éléments d’expertise, le premier ministre britannique, David Cameron, a affirmé jeudi avoir de nouvelles preuves de l’utilisation d’armes chimiques en Syrie. Dans la matinée, le Spiegel avait révélé que les services secrets allemands confirmaient la responsabilité de Bachar Al-Assad, bien qu’elle ait pu être liée à une ‘erreur de dosage'”.

Si Berlin a fait comprendre qu’il ne participerait pas à une intervention militaire en Syrie, François Hollande a une nouvelle fois insisté sur l’importance de l’unité européenne dans ce dossier. Il est “très important que les Européens qui sont présents au G20 [UE, France, Allemagne, Royaume-Uni, Espagne et Italie] soient ensemble sur la même position de condamner l’utilisation des armes chimiques et de condamner le régime qui les a utilisées”.

 

 

 

By EdoGmyblog (Edouard Gregory) Posted in Actualité

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.