Skip to content

Des filles “trop sexy” victimes d’agressions sexuelles à Abidjan


La jeune fille agressée à cause de sa tenue “trop courte” est mise en sécurité par la police ivoirienne. Photos de notre Observateur Aboukam, blogueur à Abidjan.
Une jeune fille dans la rue agressée et déshabillée sous prétexte qu’elle était “trop sexy”. La scène s’est déroulée le 22 juin à la gare routière d’Adjamé Gbêba à Abidjan. Les témoins dénoncent un phénomène récurrent dans la ville, tandis que les associations de défense des Droits des femmes affirment ne jamais avoir reçu de plaintes de la sorte.
Notre Observateur Aboukam, blogueur à Abidjan, nous a fait parvenir les images de l’attroupement que l’agression a déclenché à la gare routière près du Black-market, un marché noir très fréquenté d’Abidjan. Attiré par les cris, il constate qu’une jeune fille est agressée verbalement et physiquement par un groupe d’hommes. Les agresseurs l’accusent d’être “trop sexy, vêtue d’une jupe trop courte et outrageusement maquillée.”
Les jeunes hommes lui déchirent ses vêtements, la traitent de “prostituée”, de “mal élevée” et de “provocatrice”. Au moment où le service de sécurité de la gare routière arrive sur place, les agresseurs sont en train de lui arracher ses vêtements. Ils seront dispersés à coups de bâton.
La jeune fille est ensuite mise à l’abri, près d’une heure, dans les locaux de la Coordination nationale des gares routières de Côte d’Ivoire (CNGRCI), avant d’être emmené par les forces de l’ordre. Sur ces images, la jeune fille porte un pagne qui cache ses vêtements déchirés.
Deux hommes soupçonnés d’avoir participé à l’agression ont été arrêtés par la police d’Adjamé selon le CNGRCI.
Le terme “d’agression sexuelle” n’est pas retenu par le code pénal à l’exception de celles à l’encontre des mineurs. Contacté par FRANCE 24, le juriste et expert en droits de l’Homme, Yoro Orohi, explique que dans ce cas précis, l’agression pourrait être définie comme un attentat à la pudeur puni de un à cinq ans de prison et d’une amende allant de 360 000 à 1 million de francs CFA (548 à 1524€). La tentative de viol reste à l’appréciation du juge, et peut être punie d’une peine également de 5 à 20 ans de prison.
En 2011, Amnesty International avait recommandé d’amender le Code pénal pour les violences sexuelles conformément au droit international existant.
Début juin, le Conseil des droits de l’homme ivoirien a examiné le rapport d’un expert indépendant et conclut que “la reconstruction démocratique en cours en Côte d’Ivoire n’a pas empêché la recrudescence des violences sexuelles envers les femmes” et invit les autorités ivoiriennes à se pencher sur ces questions.

“Les jeunes hommes essayaient de la violer, elle a eu ‘de la chance'”

Adama Touré est président de la CNGRCI. Il a aidé la jeune fille à se mettre à l’abri.

Dans mon bureau, je vois les écrans de contrôle des caméras de surveillance de la gare routière. C’est comme ça que j’ai vu qu’il y avait un attroupement anormal. Je suis parti voir de quoi il s’agissait et j’ai trouvé une jeune fille, quasi nue, prise à partie par quatre ou cinq personnes cachées entre deux voitures. Ils lui avaient enlevé sa jupe et sa culotte, elle se débattait en leur donnant des coups de pied alors qu’ils essayaient de s’adonner à des attouchements sexuels.
J’ai réussi à m’interposer malgré les coups que j’ai pris, et à mettre la jeune fille à l’abri dans mon bureau. La demoiselle est asthmatique, elle est tombée dans les pommes. Pendant ce temps, un policier en civil alerté par l’attroupement a tiré en l’air pour disperser la foule. Une heure plus tard, lorsque le calme était revenu, on a pu la confier aux forces de l’ordre.
“On a attiré plusieurs fois l’attention des services de police sur ces groupes d’hommes, souvent drogués, qui agressent les jeunes filles”
Les jeunes hommes essayaient de la violer, elle a eu de la chance. Ce n’est pas la première fois que ça arrive dans la gare routière d’Adjamé. Mi-janvier, il y a eu une scène similaire, et j’avais retrouvé une jeune fille en sang, violée par des jeunes garçons qu’on connait bien : on a attiré plusieurs fois l’attention des services de police sur ces groupes d’hommes, souvent drogués, qui ont transformé une partie de la gare en fumoir. Mais les autorités ne sont jamais intervenues.
En six mois, il y a eu trois cas d’agression sexuelle dans la gare d’Adjamé. À chaque fois, les jeunes filles ont été déshabillées en public, sous prétexte qu’elles étaient mal vêtues. Mais je suis certain qu’il y en a eu beaucoup plus que ça, ne serait-ce qu’au sein de la gare. Je suis assez surpris qu’il y ait très peu de réactions des associations de défense des Droits des femmes. On les voit beaucoup intervenir à la télévision, mais pas tellement sur le terrain alors qu’elles sont pertinemment au courant du phénomène.
Contactées par FRANCE 24, deux associations de défense des Droits des femmes en Côte d’Ivoire ont affirmé ne jamais avoir reçu de plainte de filles victimes d’agressions de ce type et ne pas avoir eu connaissance de cette agression dans la gare d’Adjamé.
Pour Emilienne Coulibaly, coordinatrice des programmes de l’Association des Femmes Juristes de Côte d’Ivoire (AFJCI), “chacun est libre de porter ce qu’il veut, mais dans les limites de l’attentat à la pudeur”.
Selon Fanta Doumbia, présidente de la Commission Droit de la Personne et Démocratie de l’Organisation des femmes actives de Côte d’ Ivoire (OFACI), la priorité reste « la prévention des jeunes filles sur le fait que certaines personnes, principalement dans des quartiers populaires d’Abidjan comme à Adjamé, ne conçoivent pas qu’une fille puisse s’habiller trop légèrement ». Elle précise qu’elle « ne peut pas cautionner de tels actes » et a affirmé que l’organisation se mettrait en relation avec la GNGRCI pour imaginer des actions de préventions.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: