Le raciste existe-il vraiment ou c’est plutôt une aliénation collective.


 Le Raciste  exerce une violence psychique, le discours  : tu te sens  ?laid?, ?bête?, ?paresseux?, a une sexualité ?maladive?, explique la politologue Françoise Vergès. Et pour Fanon, le Raciste  finit par intégrer ces discours de stigmatisation, le sentiment d’être inférieur, il finit par mépriser sa culture, sa langue, son peuple, il ne veut plus alors qu’imiter, ressembler au Raciste. »

Cette aliénation finit par déteindre sur toute notre société. Notre société est donc malade non Raciste. Comment guérir le raciste  de son aliénation, lui permettre de devenir libre, d’accomplir son humanité  ?

Le seul moyen de sortir de l’aliénation du raciste et pas seulement celle du territoire, mais aussi celle des esprits. Elle doit permettre au raciste d’accomplir pleinement son humanité.

Aimer son prochain voila la solutionImage result for aimer son prochain  Une sensibilisation à  comment se comporter avec l’autre.  Cela demande beaucoup de connaissances et de moyens et d’offrir son temps. La difficulté n’est pas d’aimer son prochain comme soi-même mais plutôt de s’aimer sois même assez pour que le stricte observation du précepte ne fasse pas tort à son prochain.

button-paypal-donate-6

Don Honorifique

Support the Edogmyblog site! : )

2,00 $US

Boy’s killer: ‘Don’t tell on me’


Boy's killer: 'Don't tell on me'

While a frantic search was going on for missing six-year-old Lee Allan Bonneau, another boy went to his buddies with a chilling story about witnessing a murder.

The 10-year-old seemed scared, but excited, an inquest into Bonneau’s death heard Thursday. The boy, who can only be identified as L.T., told friends a “big guy” had hit a little boy three times with a stick, pushed him down an embankment, then hit him with a rock.

Then his story changed – and L.T. admitted he had killed Bonneau.

“Don’t tell on me,” he told his friends. He was afraid of going to jail, he said.

When L.T. talked to RCMP the next day, he again blamed “a big person” for the crime and even provided a name.

L.T. told police he’d watched the man and asked him what he was doing.

“I’m just killing a little boy,” L.T. said, purportedly quoting the man.

But RCMP Cpl. Donna Zawislak, the primary investigator, is convinced there was no “big guy” – just two troubled boys. An inquest into the death of six-year-old Lee Allan Bonneau is expected to shift focus today from probing why he came into the care of the Ministry of…

“I believe L.T. was responsible for the death of Lee Bonneau,” she testified.

Less than three months after the Ministry of Social Services placed him in its care and protection, the six-year-old was found critically injured after going with his foster mom to a bingo on the Kahkewistahaw First Nation the evening of Aug. 21, 2013.

Foster mother Mary Ramstead saw him step outside the hall to pet a dog around 8 p.m. and initiated a search minutes later when he didn’t return, she said. The critically injured boy was found by searchers some 2 1/2 hours later in a secluded area of field, gravel and tall weeds, about a kilometre from the hall.

Bonneau died minutes after midnight despite repeated resuscitation efforts.

Forensic pathologist Dr. Shaun Ladham said Bonneau died from “blunt force trauma,” mostly to the left side of his head. He had suffered multiple skull fractures – one on top of another – like repeatedly smashing a window, the doctor explained. Such fracturing of the skull “does not happen easily,” Ladham said. “We’re looking at considerable force.”

While L.T. was too young to go to jail – as he feared – or even be charged, Zawislak said she approached the homicide investigation as she had some 40 to 50 others before in her 14-year career. But this was a first, given the killer’s age.

Dressed in baggy, adult-sized white coveralls because his clothes had been seized as evidence, L.T. lay asleep, resting his head on his mom, when Zawislak went into the interview room to let them know Bonneau was dead. L.T.’s mother immediately became distraught. “L.T. did not react,” Zawislak recalled, adding the boy began to comfort his mother.

Deemed a child at risk and in need of protection, he was placed in the care of the Yorkton Tribal Council Child and Family Services and sent off to bed.

In a “forensic child interview” – geared to his age – the next day, L.T. couldn’t sit still for more than a minute at a time, making it tough to get his story, Zawislak said. He insisted he had witnessed a murder not committed it, and blamed the blood on his shoes and clothes from a nosebleed. He did admit playing with Bonneau, whom he described as “crazy in the head.”

The inquest heard that at that point in time, L.T. was awaiting a psychological assessment because he’d been hearing voices.

He was also previously known to the RCMP for incidents ranging from spray-paint mischief to a break-in that culminated in the killing of a pregnant dog and her pups, which had been removed from the adult dog’s body, Zawislak said.

She said the man that L.T. blamed for Bonneau’s killing was investigated – and ruled out as a culprit.

The mounting forensic evidence did, however, point to L.T. – with traces of Bonneau’s blood and DNA found on L.T.’s clothes and shoes. A stick, broken in three pieces that fit together, that had been found by Bonneau’s feet also had the boy’s blood on it, as did a rock.

As testimony continued with evidence of possible bite marks on the boy’s body – at least one of which on his left arm was potentially linked by a dental expert to L.T. – Bonneau’s mother Stacey Merk broke down crying. She was comforted by Children’s Advocate Bob Pringle, who produced a special report on the case last year.

The Ministry of Social Services also did its own internal child death review. Quality assurance manager Arlene Bisskey said good decisions were made about Bonneau’s care, but policies for case work weren’t always met, so three recommendations were made and acted on to fix those issues.

“The service delivery was not perfect,” said Bisskey, adding the internal review found the problem was more an issue of paperwork and had no impact on Bonneau’s death.

bpacholik@leaderpost.com

 

Police seek public’s help in finding 30-year-old autistic man


Photo of Elliott Henri-Alexandre, missing since April 12, 2015.

He was last seen leaving his home in the Plateau-Mont-Royal borough around 2 a.m. on April 12. His family fears for his safety since he does not usually leave for long periods of time.

He weighs 265 pounds, and is six feet, three inches tall. He was last seen wearing beige pants, a touque with “ears”, a blue winter coat and beige-and-black boots.

Anyone with information about Henri-Alexandre is asked to call Info-Crime at 514-393-1133. All calls are kept confidential.

Montreal police website back online after cyberattack


Protesters are pepper sprayed after attempting to march towards the Hubert-Aquin pavilion of UQAM in Montreal on Thursday, April 9, 2015. The group of student protesters had earlier successfully disrupted a class inside the  Judith-Jasmin building at UQAM.

The Montreal police website was down for most of the weekend and Anonymous Quebec has claimed responsibility for the cyberattack on its Twitter account.

In a profane tweet Friday evening, Anonymous Quebec said it had “turned the SPVM website into a smoking crater in cyberspace”, accusing Montreal police of abusing “citizens brutally.”

By Sunday afternoon, the website was back online.

The Twitter feed has also tweeted a published photo taken by Montreal Gazette photographer Dario Ayala earlier this week at a demonstration, which shows a police officer pepper-spraying a few protesters who have their backs turned to him.

Meanwhile, on Friday night in Montreal hundreds of protesters turned out for another night demonstration against the Quebec government’s cuts to social services.

Eighty-two people were fined — the protest deemed illegal by police five minutes after its 9 p.m. start time. No itinerary was provided to police before the start of the demonstration.

The protesters moved west, towards St-Laurent Blvd., where they walked on the street against traffic.

Police surrounded two groups of protesters — around 40 near the corner of Milton St., and another 40 near the corner of de Guilbeault St.

Récit: un bébé dans un corps d’ado


Philippe Brosseau, 14 ans, est atteint de paralysie... (Photo Patrick Sanfaçon, La Presse)

Il y a sept ans, la journaliste Silvia Galipeau et le photographe Patrick Sanfaçon ont passé 24 heures avec un enfant lourdement handicapé. Il avait 7 ans. Sept ans plus tard, ils ont voulu savoir ce qu’était devenue la famille. Récit d’une journée beaucoup plus lourde, au sens propre comme au figuré. Parce que non, ça ne s’arrange pas avec le temps.

«Son bonheur à lui, c'est ça qui fait... (Photo Patrick Sanfaçon, La Presse) - image 2.0

«Son bonheur à lui, c’est ça qui fait le mien!», confie Sylvain Brosseau, père de Philou.

24 heures avec Philou

Il est né bleu. Avec un noeud dans le cordon. À la loterie de la malchance, ses parents ont gagné le gros lot. Polyhandicapé, Philou ne marchera jamais. Ne parlera jamais. Pour toujours, il aura 1 an, 18 mois, maximum. Indéfiniment dépendant. Imaginez la vie de ses parents. Récit d’une journée.

14 h 30 : en classe

Notre journée commence un après-midi, au centre de répit, où Philippe Brosseau, alias Philou (pour sa mère) ou Phil (pour son père), participe à un projet-pilote (voir onglet : un centre de répit). À notre arrivée, le grand garçon est en train de participer à une activité de musique. Premier choc : l’enfant a mué. Sa voix est grave. C’est celle d’un homme. Mais son regard a gardé une totale innocence. Il a toujours les mêmes longs cils, ses yeux sont toujours du même brun profond, mais une fine moustache se dessine sur le dessus de sa bouche. Et sa mère, Diane Chênevert, incapable de digérer que son garçon – celui-là même dont elle change encore les couches sept fois par jour – grandit, ne se résigne pas à le raser. «C’est un grand garçon physiquement, mais il est encore un bébé…»

15 h 45 : collation

Le centre, qui accueille une poignée d’adolescents, a des allures de garderie pour géants. Les poussettes, des fauteuils roulants, sont énormes, et encombrent rapidement le couloir. Il y a des lits de grands, mais toujours des chaises hautes, et les bavoirs sont surdimensionnés. Même les piqués, pour les changements de couche, sont immenses. Et sans cesse, comme avec des tout-petits, il faut répéter les mêmes consignes. «Non, pas dans la bouche», «lance la balle», «non, pas dans la bouche». Indéfiniment.

16 h : départ

Pour quitter le centre, il faut se mettre à deux pour habiller Philou. Sa mère, Diane Chênevert, lui enfile ses souliers, zéro usés, à tout jamais flambant neufs. «Tout prend plus de temps, confie-t-elle. Ç’a beaucoup changé. Il est beaucoup plus lourd, et je suis beaucoup plus fatiguée!» Pensez-y : si Philippe pèse aujourd’hui 38 kg – et son fauteuil, 42 -, imaginez un peu le poids à pousser dans la neige, sur des trottoirs glacés, pour atteindre l’auto. «L’hiver, on ne peut plus sortir marcher, laisse-t-elle tomber. Et puis, je suis plus vieille! J’ai accumulé un grand manque de sommeil. Mais ne me faites pas brailler, moi, là!»

17 H : jeux

Arrivée à la maison. Philou joue à l’ordinateur, pendant que sa mère se vide le coeur. «Tout le monde me disait que ça irait de mieux en mieux. Mais non, dit-elle. Plus ça va, et plus je me fais dire, à l’hôpital, au centre de réadaptation, qu’il n’est pas prioritaire. Parce qu’il n’y a plus grand-chose à faire avec les enfants comme lui. Alors que quand ils sont tout petits, on essaye tout!»

17 h 30 : préparation du souper

Son père, Sylvain Brosseau, fait participer Philippe comme il peut à la préparation du repas. Un gadget lui permet d’éplucher les pommes pour la tarte Tatin, et il attendrit tant bien que mal les escalopes de veau. Comme un bébé à qui l’on fait essorer la salade, l’exercice est purement cosmétique. Pourquoi son père insiste-t-il? «Mais parce qu’il aime ça! Il a du bonheur! C’est son bonheur à lui, c’est ça qui fait le mien!» Sa mère le nourrit ensuite de quelques purées, plus ou moins avalées. Depuis peu, Philou a appris à tenir seul sa cuillère. «Tout seul, hein Philou, comme un grand garçon», laisse échapper sa mère, qui avoue souvent lui parler en bébé.

18 h 30 : le changement de couche

Pendant que Sylvain prépare le repas, Diane monte changer la couche et laver Philou. Dans cette famille, la division des tâches est nette, claire et exacerbée. C’est Sylvain qui s’occupe de la cuisine, Diane qui s’occupe de tous les soins liés à Philou. «Moi, le côté fun, j’ai jamais vraiment ça avec Philou», dit celle qui est surtout en «mode soins». Exactement comme une nouvelle mère, avec un tout petit bébé. «Il y a des fois où je change sa couche et je me dis : heille, ma vie, c’est de la marde.» Puis elle se dit qu’un jour, quand elle sera vieille et qu’elle portera peut-être aussi des couches, elle ne supporterait pas de rester dans ses selles. «C’est extrêmement inconfortable. C’est épouvantable. Et c’est comme ça que j’arrive à accepter la situation.»

19 h 40 : le bain

«1, 2, 3, hop!» Diane ne se résigne pas à utiliser un lève-personne pour soulever son fils. Elle le porte encore à bout de bras : de son fauteuil au lit, du lit au fauteuil, du fauteuil au bain, et ainsi de suite. Tous ses 38 kg. Le bain? «Il adore ça. Regarde ses yeux. Il est très zen.» À noter, son «bain» est en fait un grand évier de cuisine, avec un siège pour enfant handicapé dedans. Vrai, il existe certainement des bains mieux adaptés. «Mais à un moment donné, tu ne veux pas que la maison devienne un hôpital…» C’est aussi dans le bain qu’apparaît toute la fragilité de Philou. Dépouillé de ses vêtements (normalisants?), son extrême maigreur, son dos déformé par la maladie (il fait des spasmes qui le cambrent, jusqu’à 90 degrés, et il porte du coup en tout temps un corset pour le maintenir droit) nous sautent en plein visage. On est loin du mignon bambin d’il y a sept ans…

20 h 30 : dodo

Philou assiste au repas des autres membres de la famille (on tient beaucoup à tout faire «comme une vraie famille»), puis sa mère prépare ses médicaments (18 différents par jour), avant d’aller le coucher. Depuis six mois, elle a arrêté de le bercer. Ça lui faisait trop mal au dos. À elle, comme à lui. «Mais moi, c’était mon moment de bonheur…» Du coup, la cérémonie du dodo est assez expéditive. Il faut dire que les médicaments endorment Philou. «Et voilà, tout est beau Philou, beau dodo !», et le tour est joué. Mais pour quelques heures seulement. Car depuis sa naissance, Diane se lève toutes les deux heures, religieusement, pour aller tourner son garçon, pour ne pas qu’il s’engourdisse. À droite, à gauche, en replaçant ses nombreux coussins. Et ainsi de suite.

Le lendemain : une sortie en famille

Un jour par semaine, l’hiver, Sylvain prend congé. Et Philou ne va pas à «l’école». Ensemble, en famille, «comme une vraie famille», ils organisent une sortie. Si, quand Philou était petit, les passants leur souriaient, l’indifférence est aujourd’hui flagrante. «Les handicapés, plus ils grandissent, plus leur état s’aggrave, explique sa soeur Camille. Physiquement, il y en a qui se déforment. Ça commence à être plus épeurant. Les gens ont du dédain, un peu.»

Or, si avec les années, les enfants de leurs amis finissent par quitter le nid, Diane et Sylvain savent, eux, que Philou ne partira jamais. Ou du moins pas comme les autres. «Nous, il ne partira jamais de la maison. Il ne nous est pas prêté, notre enfant, lance Diane. Il est dépendant. Il ne sera jamais indépendant. Il va rester notre bébé. Tout le temps…»

Rendez-vous dans sept ans.

Diane Chênevert soulève encore son garçon à bout... (Photo Patrick Sanfaçon, La Presse) - image 3.0

Diane Chênevert soulève encore son garçon à bout de bras et ne se résigne pas à utiliser un lève-personne. «Dans ma tête, il n’est pas rendu là. Pour moi, c’est encore mon petit bébé.»

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

La vie en quatre défis

Quatorze ans à changer des couches, à faire des purées, à se lever la nuit, toutes les deux heures. Quatorze ans à s’occuper d’un bébé qui ne grandira jamais mentalement, même s’il a désormais le corps d’un adolescent. Les défis? Immenses. Innombrables. Limite insurmontables. En voici quatre.

1. Le poids

C’est tout bête. Et pourtant. C’est existentiel : le poids. Philippe pèse désormais 38 kg. Or, comme il ne peut évidemment pas bouger seul, se lever seul, encore moins aller aux toilettes seul, il faut le porter. Partout. Tout le temps. D’où les sorties de plus en plus limitées. Notamment l’hiver, sur les trottoirs enneigés. Diane Chênevert, sa mère, a le dos en compote. Et même si elle a fait installer des rails au plafond dans sa chambre pour pouvoir le lever avec un lève-personne, elle ne s’y résigne pas. «Dans ma tête, il n’est pas rendu là. Pour moi, c’est encore mon petit bébé, dit-elle. Parce que quand je ne vais plus être capable de le soulever et que je vais devoir le lever avec une machine, oui, ça va être un deuil de plus à faire. Il se détériore. On ne se le cachera pas…»

2. Le poids, bis

Tout est plus lourd, au sens propre comme figuré. «Ce qui était déjà difficile est devenu encore plus difficile. Tu t’aperçois de tout ça et tu te dis ouf, c’est pas mal plus difficile qu’on pensait!», dit sa mère. Pour une simple sortie chez des amis, imaginez la motivation qu’il leur faut : préparer les purées, les médicaments, les serviettes pour éponger le plancher (à cause des grosses roues de son fauteuil, perpétuellement enneigées), alouette. On est loin du sac à couches du nouveau-né. «On se donne bien plus de coups de pied au derrière parce que sinon, on serait exclus…», fait valoir Sylvain Brosseau, le père. Et parfois, malgré toute leur bonne volonté, ils le sont. En témoigne le commentaire de cette dame, qui leur a lancé, dans une file pour aller ramasser un cornet de crème glacée : «Vous n’avez pas honte? Nos enfants n’ont pas besoin d’être exposés à ÇA!» «C’est très “rough”, et je sais que ça ne va pas aller en s’améliorant…»

3. La fatigue

«Je suis fatiguée, fatiguée chronique, avoue Diane Chênevert. Rappelez-vous comment vous étiez super fatigués avec votre nouveau-né. Eh bien! la fatigue chronique, c’est ça.» Ça, multiplié par 14 années. À une certaine époque, elle buvait jusqu’à 14 cafés par jour. Aujourd’hui, elle est retombée à un, voire deux maximum. «Dans le fond, ça gobait mon énergie tellement ça m’énervait. J’ai commencé à boire des tisanes, de l’eau. Si je suis vraiment trop fatiguée, je me parle…» N’empêche que sa fragilité est palpable. Sa voix tremble et ses yeux mouillent rapidement quand elle parle de Philou, de sa maladie, ou de son avenir, surtout.

4. La vie de couple

S’il est difficile de savoir combien de couples avec enfants handicapés se séparent, une étude de l’Institut de la statistique du Québec confirme que les défis sont particulièrement élevés pour ces familles : 81 % des parents disent vivre un stress ou souffrir de dépression. Parmi les parents séparés, 77 % confirment que l’état de santé de leur enfant en a été la cause. «La moitié des couples se séparent de toute façon. Nous, ce qu’on a appris de cette aventure-là, c’est que ça réenligne tes valeurs, signale Sylvain Brosseau. L’arrivée de Philou nous a obligés à nous recentrer vers autre chose que notre carrière et notre nombril.» Si leur couple est toujours intact, poursuit-il, c’est aussi parce qu’ils ne sont pas une famille «typique» et ont nettement plus de moyens financiers que la moyenne. De toute évidence, la voiture adaptée, l’ascenseur dans la maison et l’aide ménagère allègent beaucoup leur quotidien.

«Et je m’excuse, mais la société offre zéro support. Quand tu n’as pas de moyens financiers, un enfant handicapé, c’est l’enfer…»

En chiffres

32 230 (ou 4 sur 100) : Nombre d’enfants handicapés de moins de 15 ans au Québec

De ce nombre, 18 070 (ou 1 sur 2) ont un handicap sévère.

Stress : 

55 % : Pourcentage des parents d’enfants handicapés qui disent que leurs journées sont assez ou extrêmement stressantes.

65 % : Pourcentage des parents d’enfants lourdement handicapés qui disent que leurs journées sont extrêmement stressantes.

Aide : 

51 % des parents d’enfants handicapés souhaiteraient que quelqu’un les aide à s’occuper de leur enfant.

Argent : 

15 % des familles ont connu des problèmes financiers à cause des problèmes de santé de leur enfant handicapé.

23 % des familles d’enfants lourdement handicapés ont connu des problèmes financiers à cause des problèmes de santé de leur enfant.

Vie de couple : 

36 % des familles ont vécu des problèmes dans leur relation de couple.

51 % des familles avec un enfant lourdement handicapé ont vécu des problèmes dans leur relation de couple.

Mères : 

Dans 68 % des familles, le travail de la mère est affecté par les incapacités de l’enfant.

Source : Vivre avec une incapacité au Québec, Institut de la statistique du Québec, 2010.

Né il y a 10 ans, le Centre... (Photo Patrick Sanfaçon, La Presse) - image 5.0

Né il y a 10 ans, le Centre de répit Philou vient d’ouvrir un projet-pilote spécifiquement pour les adolescents. Baptisé Muscade, le projet fait actuellement l’objet d’une étude d’impact.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

Du répit pour les familles

Il y a 10 ans cette année, Diane Chênevert fondait le Centre Philou, un centre de répit pour les familles de jeunes enfants lourdement handicapés. Le centre, qui a grandi avec Philou, vient récemment d’inaugurer un projet-pilote, pour les adolescents tout spécifiquement : le programme Muscade.

Financé notamment par la Fondation Marcelle et Jean Coutu et par la Fondation McConnell, ce projet-pilote permet d’ajouter des places pour les adolescents et surtout d’ajuster les services pour cette tranche d’âge précisément. En gros, les enfants plus grands du programme Muscade sont pris ici en charge quatre jours par semaine, 24 heures sur 24. Ils dorment, mangent et suivent des «cours» dans des salles de stimulation (art et musique, arts plastiques, développement moteur, salle Snoezelen, etc.), avec un intervenant par enfant.

«Pour un enfant qui a un certain potentiel, l’école fait de bien belles choses. Mais pour un enfant polyhandicapé, dépendant de tout?»

Diane Chênevert, fondatrice du Centre de répit Philou

D’où l’idée d’inventer, littéralement, ce projet. Non seulement l’enfant handicapé (on parle ici de handicaps physiques et mentaux graves) profite-t-il d’une attention toute personnalisée, mais du même souffle, le parent recouvre une certaine liberté. «Nous, on veut que les parents retournent travailler, aient une vie de famille, explique Diane Chênevert. On veut que quand l’enfant retourne à sa maison, ce ne soit que du bonheur, moins de stress, moins de culpabilité.»

Vrai, le programme Muscade coûte cher : 50 $ par jour pour les familles. «Mais il y a des garderies à ce prix-là, et ce ne sont que des garderies, souligne la fondatrice. Là, le projet permet aux familles de souffler, de reprendre goût à la vie et de recouvrer une certaine qualité de vie…»

Une observatrice réalise ces jours-ci une étude d’impact sur le projet.

L’écrivain et prix Nobel allemand Günter Grass est mort


Le prix Nobel de littérature Günter Grass, photographié... (PHOTO Dominik Sadowski, REUTERS)

Le prix Nobel de littérature Günter Grass, conscience morale de l’Allemagne post-nazisme dont il était l’écrivain le plus connu, est mort lundi à 87 ans à Lübeck, ville du nord du pays où il résidait.

Sur sa page internet, frappée de la mention «Günter Grass 1927-2015», son éditeur Steidl, qui a annoncé ce décès dans un tweet, a publié des photos noir et blanc de l’écrivain si reconnaissable: épaisse moustache, pipe toujours allumée et lunettes baissées sur le nez.

Selon la «Maison Günter Grass» à Lübeck, le prix Nobel de littérature 1999 est décédé dans une clinique, des suites d’une «infection».

Homme de gauche, réputé pour ses prises de position polémiques, il était l’écrivain allemand de la seconde moitié du XXe siècle le plus connu à l’étranger. Longtemps compagnon de route des sociaux-démocrates et proche du chancelier Willy Brandt, il a pourfendu les omissions de la classe dirigeante d’après-guerre sur le nazisme.

Un positionnement qui donna un écho d’autant plus fort à ses révélations tardives dans son autobiographie Pelures d’oignons en 2006: ancien membre des Jeunesses hitlériennes, il avait été enrôlé en 1944 dans les Waffen SS.

Günter Grass a «accompagné et marqué comme personne l’histoire de l’Allemagne d’après-guerre avec son engagement artistique, politique et social», a estimé la chancelière Angela Merkel, citée par son porte-parole.

Il était en effet à la fois une figure incontournable du paysage littéraire allemand et un acteur du débat public national qu’il contribuait à secouer par ses prises de position souvent polémiques.

«Le plus grand écrivain de notre époque»

Son chef d’oeuvre reste Le tambour (1959), l’histoire d’Oskar Matzerath, petit garçon qui décide de ne plus grandir et dont l’instrument résonne des soubresauts du nazisme, de la guerre et du monde violent des adultes. Succès planétaire, le livre sera adapté au cinéma par Volker Schloendorff et reçut la Palme d’or à Cannes en 1979, puis l’Oscar 1980 du meilleur film en langue étrangère.

L’écrivain naît en 1927 à Dantzig – Gdansk de l’actuelle Pologne -, ville du fameux «corridor» à l’origine de l’invasion de 1939, d’une mère d’origine cachoube (minorité slave de Prusse) et d’un modeste commerçant allemand.

Après la chute du régime hitlérien, il connaît l’errance, puis le miracle de la reconstruction dans une République fédérale anti-communiste et matérialiste. Il suit un apprentissage de sculpteur, puis séjourne à Paris dans les années 50 et se décide pour une carrière d’écrivain.

Dans l’Allemagne prospère des années 60, traversée par la contestation étudiante puis le terrorisme rouge, Günter Grass se veut contestataire, mais dans un sens réformiste.

En janvier 1993, il quitte avec fracas le Parti social-démocrate (SPD) devenu à ses yeux trop conservateur, ce qui ne l’empêchera pas de s’engager en 1998 en faveur du chancelier SPD Gerhard Schröder.

«Je perds un ami» et une figure «paternelle» qui «m’a accompagné pendant plus de trente ans comme un interlocuteur intelligent, mais qui était surtout un conseiller critique», a déclaré M. Schröder dans le quotidien populaire Bild. Günther Grass était «le plus grand écrivain de notre époque», a-t-il ajouté.

Il reçoit en 1999 le Prix Nobel de littérature couronnant l’ensemble de son oeuvre, 27 ans après un autre écrivain allemand politiquement engagé, Heinrich Böll.

La dernière des prises de positions polémiques de Grass datait d’il y a trois ans. La publication dans un quotidien allemand d’un poème dans lequel il défendait l’Iran et estimait qu’Israël menaçait, avec ses armes atomiques, «la paix mondiale déjà si fragile», avait provoqué une tempête de réactions. Israël l’avait déclaré persona non grata.

Les hommages rendus à l’écrivain et à l’homme public sont à la hauteur de ses prises de position.

Image

Women You Won’t Believe Exist!


011_womensilly

Image

Mozartwellpics–Women You Won’t Believe Exist!


013_womensilly

Image

16 Women You Won’t Believe Exist!


014_womensilly

Image

Mozartwellpics—-16 Women You Won’t Believe Exist!


004_womensilly