Le coronavirus COVID19. A vos masques le pire est à venir.


Une pandémie annoncée en cache une autre, et le virus Covid19, est le virus de la décennie il  s’est étendu sur la planète plus vite que ses glorieux prédécesseurs, modernisation de la circulation intercontinentale oblige cette pandémie à être plus mortelle que le SRAS et le H1N1.

Mais nous n’en sommes qu’à la première vague ! En 1918 puis en 1957, la deuxième vague, quelques mois après la première, fut grave par les complications respiratoires aiguës mortelles qu’elle a entraînées.

L’incertitude demeure donc, et le débat est vif sur l’ampleur et le coût de la préparation du pire. Soulignons que si la sécurité des citoyens est bien une responsabilité régalienne de l’État, alors il faut reconnaître la nécessité d’anticiper sur la réponse malgré les incertitudes de demain. Tâche difficile.

 

Coronavirus (COVID-19) Information | Wilfrid Laurier University

Ainsi, le fait politique, médiatique et social du Covid 19  marque cette décennie, quand bien même ce ne serait pas directement à cause de ses effets pathogènes. La perniciosité de l’invisible danger se glisse partout, par exemple dans nos comportements à l’égard de nos voisins, suspects désormais d’héberger et de transmettre des virus.

La vente de solutions hydro alcooliques pour nous « désinfecter » les mains – aux caisses des pharmacies, dans les aéroports (les virus voyagent si bien) et même dans les supermarchés – témoigne de l’« émergence » d’une idéologie du risque omniprésent, caché dans la poignée de main, la poignée de porte, le téléphone partagé (heureusement nous avons tous nos portables, mais ils ne sont pas non plus sans risque) ou le clavier d’ordinateur : le monde invisible du Covid19 est au bout de nos doigts, partout ! Pire, le contact direct, le postillon si fin qu’un vent mauvais propage dans nos écoles, fait de chaque suspect un sujet qu’il faut isoler et du cas confirmé une classe à fermer.

COVID-19 : maintenant 13 cas sur la Côte-Nord - Le Nord-Côtier

Des millions de masques sont déjà prêts, le masque que tout patient respectueux d’autrui doit porter, crécelle moderne du lépreux… On voudrait croire que grâce à la modernité de nos échanges par textos ou e-mails, nous pourrions communiquer sans risque, mais les virus se cachent même dans nos ordinateurs…

En matière de mutation et recombinaison, il ne faut jurer de rien. Qu’importe ! Les « pré-dictologues » du pire, auteurs à succès, qui annonçaient des centaines de milliers morts dans le monde ont déjà vendu leurs ouvrages. Va-t-on passer le cap du million, Bref.

Le coronavirus 19, nouveau par son expression pathogène très sévère (une létalité qui a dépassé 50 % dans certains foyers), hautement contagieux par voie respiratoire, a touché dans certains hôpitaux le personnel soignant qui a payé de sa vie la transmission nosocomiale du virus lors des soins.

De cette pandémie on doit retenir la rapidité de propagation depuis l’Asie vers l’Europe et le continent américain, mais surtout l’impact économique qu’elle a généré (estimé à des milliards de dollars) en raison des mesures de contrôle du trafic aérien (biens et passagers). Elle a contribué à accélérer la mise en place du nouveau règlement sanitaire international sous l’égide de l’OMS .

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.