Skip to content

De nombreuses sportives affirment que les menstruations affectent leurs performances, mais les chercheurs et les entreprises espèrent transformer les problèmes menstruels en médailles

Cela aurait dû être une démonstration de la domination sportive britannique lorsque Dina Asher-Smith et Daryll Neita se sont qualifiés pour la finale du 100 mètres des Championnats d’Europe en août. Puis, de manière inattendue, Asher-Smith s’est arrêté et Neita n’a pas été assez rapide pour l’or, à cause de crampes. Plus tard, Asher-Smith a révélé que la sienne était un symptôme de ses règles et a partagé sa frustration face à son impact sur son sport.

Si c’était un problème d’hommes, a-t-elle soutenu, cela aurait été résolu maintenant. C’est un sentiment partagé par de nombreux autres athlètes et entraîneurs, dont la manager du Chelsea FC, Emma Hayes. « Une fois par mois pendant potentiellement jusqu’à environ cinq jours, de nombreuses joueuses ont un événement qui peut causer une détresse importante et avoir un impact important sur leurs performances », a-t-elle écrit dans le Telegraph plus tôt cette année. « Les athlètes méritent une meilleure compréhension de l’éventail des symptômes qui peuvent survenir. »

Cette demande est de plus en plus entendue. Les entreprises de sciences du sport ont commencé à proposer des packages de conseil pour aider les athlètes à « travailler de manière proactive » avec leurs cycles pour rester au top, et leur approche a déjà trouvé des disciples : l’entraîneur de l’équipe féminine de football des États-Unis lui attribue en partie sa victoire en Coupe du monde 2019.

ENQUÊTE. Menstruations et sport de haut niveau : un tabou à briser

Des instituts sportifs de plusieurs pays européens ont également lancé des projets pour doter leurs athlètes de stratégies similaires avant les Jeux olympiques de 2024 à Paris. Mais même si les règles reçoivent plus d’attention dans le sport, que peut-on réellement offrir aux athlètes aux prises avec leurs règles ? Dans un domaine encore plein d’inconnues, certains chercheurs pensent que la compréhension du cycle menstruel ne libérera pas seulement les athlètes des symptômes, mais les amènera à de nouveaux sommets, battant des records.

une athlète présentant de mauvais symptômes menstruels, les hormones fluctuantes du cycle menstruel et les saignements mensuels ne sont pas seulement une gêne passagère. Comme l’a constaté la nageuse chinoise Fu Yuanhui aux Jeux olympiques de Rio 2016 lorsqu’elle n’a pas réussi à monter sur le podium à cause de la fatigue menstruelle, cela peut faire la différence entre gagner une médaille et rentrer chez elle les mains vides.

Compte tenu des enjeux aussi élevés et du fait que la participation des femmes au sport d’élite a explosé – les Jeux Olympiques ne comprenaient que 20 % de femmes en 1976 mais ont atteint la parité hommes-femmes pour la première fois à Tokyo 2020 – il n’est pas surprenant que la demande de solutions aux problèmes menstruels dans le sport a augmenté en conséquence. Dans le même temps, il est « absolument vrai » que la recherche fait défaut, déclare Kathryn Ackerman, médecin en médecine sportive et endocrinologue au Boston Children’s Hospital dans le Massachusetts. « C’est quelque chose que moi et mes collègues internationaux qui étudient la santé des femmes et les athlètes féminines disons depuis longtemps. »

Les femmes ne représentent que 39 % des participants aux études en sciences du sport, selon une étude de 2014. Kirsty Elliott-Sale, professeur d’endocrinologie féminine et de physiologie de l’exercice à l’Université métropolitaine de Manchester, affirme qu’il existe des recherches mais que souvent «elles ne sont pas de haute qualité». Cela a entraîné des tendances avec seulement des preuves inégales, comme l’entraînement ou l’alimentation en fonction d’une prédiction de la phase de son cycle dans laquelle se trouve l’athlète. -Sale, « il n’y a pas de preuves de recherche pour soutenir cela. »

Mais dans le monde du sport d’élite, certains soutiennent que les preuves à toute épreuve importent moins que dans le milieu universitaire. Jessica Piasecki, chercheuse en physiologie féminine à l’Université de Nottingham Trent et Paula Radcliffe, la coureuse de marathon britannique la plus rapide, affirme que les athlètes veulent trouver ce qui fonctionne pour eux, pas nécessairement ce qui produit un résultat statistiquement significatif. « S’ils sentent perceptuellement que leurs performances sont meilleures, alors c’est très bien », dit-elle.

Il y a une longue histoire de choses dans le sport d’élite qui ne sont pas entièrement prouvées scientifiquement. Les bains de glace en tant que technique de récupération, par exemple, sont controversés, dit-elle, « mais de nombreux athlètes l’utilisent car cela améliore la sensation de leurs jambes ». Une intervention populaire est la nourriture anti-inflammatoire.

Au cours du cycle menstruel, l’inflammation dans le corps augmente à différents moments, et puisque certaines études ont lié une telle inflammation à des symptômes indésirables, la logique veut que les athlètes puissent contrer leurs symptômes en consommant des aliments censés réduire l’inflammation, comme le curcuma, le jus de cerise acidulée. et le gingembre, au bon moment.

La société de sciences du sport Orreco souscrit à cette idée. Orreco demande à ses clients athlètes de suivre leurs règles et leurs symptômes avec une application, puis utilise les données pour formuler des conseils sur la nutrition, explique l’une de ses physiologistes du sport et de l’exercice, Esther Goldsmith.

Selon elle, cette approche a aidé de nombreux athlètes, dont des joueuses de l’équipe féminine de football d’Angleterre. « L’un de leurs joueurs souffrait vraiment, vraiment », dit-elle. « Nous lui avons essentiellement jeté l’évier de la cuisine. » Six mois après avoir apporté des changements à sa nutrition et à son mode de vie, les symptômes de la joueuse avaient apparemment disparu. Goldsmith apprécie que les preuves soient «limitées et parfois contradictoires».

Rio 2016 Olympics: Chinese swimmer Fu Yuanhui has the best reactions |  Olympics 2016 | Sport | Express.co.uk

Par exemple, en 2016, une revue a conclu que s’il existe des preuves que le gingembre peut atténuer les douleurs menstruelles, elle a également souligné que les études sur le sujet étaient peu nombreuses, petites et souvent imparfaites. Mais, dit-elle, « nous ne pouvons pas simplement nous asseoir et dire: » Non, désolé, nous ne pouvons pas intervenir car la recherche n’est pas là. «  »

Naviguer dans un labyrinthe aussi compliqué pour faire face aux règles, certaines optent pour le contrôle hormonal des naissances. Avec la pilule, les saignements peuvent être complètement évités en sautant la pause habituelle, et même sans la sauter, les saignements menstruels ne seront pas des règles réelles car la pilule a bloqué l’ovulation.

Cela signifie que pendant que les athlètes prennent un contraceptif hormonal, elles n’auront pas de règles. Cela peut être problématique, explique Nicky Keay, endocrinologue du sport et médecin. Le contrôle des naissances « est le choix de chaque femme », dit-elle, mais dans son livre à paraître, Hormones, Health and Human Potential, elle détaille comment la contraception hormonale peut masquer la perte soudaine des règles, une forte indication de la condition connue sous le nom de déficit énergétique relatif chez les femmes. sport (Red-S), le résultat de s’entraîner trop et de manger trop peu. En tant qu’athlète motivé, il est facile de se tromper d’équilibre. Pippa Woolven, une coureuse britannique récemment retraitée, explique qu’elle a développé le Red-S lorsqu’elle a obtenu une bourse sportive aux États-Unis et qu’elle souhaitait progresser.

« J’ai augmenté ma charge d’entraînement et j’ai commencé à ressentir de plus en plus de pressions autour de l’image corporelle, de l’alimentation, de la nutrition », dit-elle. Cela s’est traduit par des temps d’exécution plus rapides jusqu’à ce que les choses tournent mal. Elle se sentait malade et fatiguée la plupart du temps. « Il est devenu assez difficile de fonctionner en tant qu’être humain, et encore moins en tant qu’athlète. » Parce qu’elle prenait la pilule pour des raisons contraceptives, elle ne s’est pas rendu compte qu’elle avait cessé d’avoir ses règles.

Le danger avec Red-S est qu’il peut affecter la santé des os à long terme, dit Ackerman. Lorsque le corps a un déficit énergétique et que le cycle menstruel est supprimé, cela perturbe les œstrogènes, qui sont importants pour le maintien des os. Si les athlètes contractent le Red-S au début de leur jeunesse alors qu’ils devraient développer leur densité osseuse, « ils courront un risque beaucoup plus élevé de fractures de stress, de faible densité osseuse et d’ostéoporose », déclare Ackerman. Il en est de même pour les garçons et les hommes.

Leurs niveaux de testostérone peuvent chuter, et comme la testostérone est convertie en œstrogène dans le corps, leur santé osseuse en souffre également. Et comme les règles, les symptômes du Red-S chez les hommes peuvent aussi sembler trop intimes pour en discuter ouvertement. « L’un des signes de Red-S chez un athlète masculin est qu’il a une diminution de la libido et qu’il n’a pas d’érections matinales normales », déclare Ackerman.

Les relations entre le cycle menstruel et les cycles d'entraînement -  L'Équipe

« Nous devons le normaliser et non le sexualiser, mais simplement parler de ces choses comme des signes. »Ce n’est que lorsque Woolven a contacté Keay qu’elle a trouvé le chemin de la guérison. Maintenant, elle dirige l’association caritative Project Red-S pour sensibiliser le public. Comprendre que les règles sont des marqueurs de santé que les athlètes doivent surveiller avant de se faire des dommages permanents est essentiel, dit-elle. D’une certaine manière, c’est comme les commotions cérébrales au rugby. Les athlètes entrent dans le sport sans connaître toute l’étendue du risque pour leur santé, dit-elle.

Voici certains qui croient que le cycle menstruel pourrait être encore plus qu’un marqueur de santé. À l’approche des Jeux olympiques de Paris en 2024, l’Institut national du sport, de l’expertise et de la performance (Insep) s’est intéressé à la possibilité que travailler en synchronisation avec les fluctuations hormonales du cycle menstruel puisse entraîner des gains de performance – et plus de médailles.

« Nous nous rapprochons des limites humaines de la performance », explique Juliana Antero, qui dirige le projet Insep Empowe’her (Exploring Menstrual Periods of Women Athletes to Escalate Ranking). En 2015, elle a participé à une étude qui a examiné 3 263 records du monde dans des disciplines telles que le sprint de 400 mètres et le triple saut, et a constaté une diminution constante de la fréquence et du degré d’amélioration des nouveaux records du monde depuis les années 1990.

Les données ont révélé des changements d’étape occasionnels, tels que l’introduction de 2008 à 2009 des maillots de bain en polyuréthane, et Antero pense que la compréhension du cycle menstruel pourrait fournir une autre bosse. Il pourrait y avoir un niveau hormonal parfait pour battre des records du monde. Et il est facile de voir comment, à mesure que de nouvelles technologies de test hormonal deviennent disponibles, les athlètes pourraient mieux comprendre les relations entre leurs hormones et leurs performances, et planifier en conséquence.

L’Institut anglais du sport teste des tests hormonaux de salive en collaboration avec la société Mint Diagnostics, dans l’espoir de fournir des résultats sur piste en quelques minutes, pour le traitement des symptômes et, en fin de compte, pour des gains de performances. Elliott-Sale est intrigué par cette idée, mais reste sceptique. « Je pense que [le suivi et la gestion des symptômes] feront une différence pour certaines sportives », dit-elle. Si la crampe au mollet d’Asher-Smith avait pu être évitée, elle aurait peut-être tenté l’or.

Mais pour les athlètes qui ne sont pas déjà très touchés, elle pense que les gains potentiels seront marginaux. « Je ne pense pas personnellement que cela va changer le visage du sport féminin. » Elle dit qu’il ne faut pas oublier que de nombreuses sportives se débrouillent parfaitement bien ou n’ont même pas de cycles. « Si j’étais cette sportive d’élite qui ne réussissait pas à cause de mon cycle, je crierais depuis le toit » aidez-moi, aidez-moi « .

 » Mais, dit-elle, « est-ce que ça changera toute une équipe, tout un groupe, une nation, toutes des sportives ? Probablement pas. » Les travaux d’Antero montrent que nous connaissons actuellement peu d’effets constants du cycle menstruel sur les performances, mais elle pense que cela va bientôt changer. Le cycle menstruel est incroyablement individuel et parce que les niveaux d’hormones ne sont pas cohérents pour chaque participant, les essais ont du mal à détecter quoi que ce soit. Mais si nous suivons le cycle de l’individu, nous pourrions démêler comment cela les affecte à la fois négativement et positivement, dit Antero. « Je crois que nous pouvons améliorer les performances des athlètes féminines. »

Don Honorifique

Support the Edogmyblog site !

1,00 $US

%d blogueurs aiment cette page :